Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 18:32

Hate list
  GENRE :

     Drame

 

  EDITEUR :

     Albin Michel Wiz - 2012 - 389 pages - 15,20 € (amazon)

  RESUME :

     "C'est moi qui ai eu l'idée de la liste. Je n'ai jamais voulu que quelqu'un meure. Est-ce qu'un jour on me pardonneras ?"

C'est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu'ils ont écrite pour s'amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l'établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s'est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses? Jusqu'au matin, où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée...

MON AVIS :

Je tiens vivement à remercier Vany qui a fait voyager ce livre jusqu’à chez moi.

 

Tellement ce livre m’a bouleversée que je ne sais pas comment en parler afin de retranscrire tout ce que j’ai ressenti pendant ma lecture.

 

Le point de départ, une tuerie dans un lycée américain (comme celles qui ont fait malheureusement l’actualité).

Un personnage central, Valérie, petite amie du tueur, blessée pendant la tuerie. Elle reprend les cours à la rentrée scolaire qui suit ce drame. Nous suivons, à travers ses yeux, son parcours pour se reconstruire, pour trouver sa place parmi ses « amis » et pour tenter de comprendre le pourquoi.

Un autre personnage omni présent, Nick, l’auteur de la tuerie, que l’on apprend à connaitre à travers les souvenirs de Valérie.

 

L’auteure a réussi à me happer dans son livre. Son style est simple, sans fioriture, sans description interminable et assommante mais très efficace. Elle a trouvé les mots justes pour décrire comment le mépris, les railleries, les moqueries peuvent ravager quelqu’un et l’amener à un point de non retour. Elle a su retranscrire les sentiments de ceux qui restent et qui doivent apprendre à vivre avec leurs blessures physiques et aussi psychologiques.

Les chapitres s’enchainent parfaitement bien. L’alternance du passé et du présent font qu’il n’y a aucun temps mort dans la narration et nous aide à comprendre petit à petit le pourquoi du comment.

 

J’ai tout simplement adoré ce livre. Etre touchée à ce point, ça faisait longtemps que cela ne m’était arrivé. Je suis passée par toutes les émotions qui puissent exister. J’ai eu mal pour Valérie, j’ai eu peur pour elle, j’ai été triste en même temps qu’elle, j’ai été émue.

 

D’une lecture pareille, on s’en souvient et pour longtemps. Une telle lecture ne peut pas laisser indifférent.

 

Je ne sais pas si j’ai réussi à retranscrire ce que j’ai ressenti mais cet avis fut moins facile que les autres à écrire. Trop de sentiments m’ont assaillie pendant ma lecture pour que je puisse les retranscrire tous correctement.

 

Je n’aurais qu’un seul conseil : lisez ce livre ; ne passez pas à côté ; ça serait vraiment dommage.

 

 

hb6autxj.gif



Repost 0
Published by les-lectures-de-didinebzh29 - dans Drame - Mes avis
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 23:20
Elle s'appelait Sarah 2 GENRE :
       Drame


EDITION :
       Editions Héloïse d'ormesson - 2006 - 357 pages
       Editions France Loisirs - 2006 - 444 pages
       Editions Le livre de Poche - 2007 - 404 pages
       Editions Le livre de Poche - 2010 - 415 pages (affiche du film en couverture)

RESUME :
          Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d'Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s'attache en particulier au destin de Sarah et mène l'enquête jusqu'au bout, au péril de ce qu'elle a de plus cher.

Paris 16 juillet 1942. A l'aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l'enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là...

MON AVIS :

J’ai pris connaissance de ce livre quand le film éponyme est sorti en salle (film que je n’ai pas vu) et eu envie de le lire. Par chance, ma mère l’avait et j’ai pu lui emprunté à la Toussaint.
 
Nous sommes à Paris en Juillet 2002 et tout commence par le projet d’un article pour le 60ème anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv.
Cet article nous emmène donc en juillet 1942, mois pendant lequel eut lieu un des épisodes atroce de la Shoah.
 
J’ai été littéralement happée par l’histoire dès le début, histoire triste,
 * d’un coté, de Sarah, fillette juive de 10 ans qui fit partie des enfants de la Rafle et qui se bat pour rester en vie et pour retrouver son frère
 * de l’autre coté, l’histoire de Julia, 40 ans, journaliste, américaine d’origine, habitant à Paris depuis 25 ans qui, par ses recherches pour son article, découvre toute l’horreur de cette partie de l’histoire et qui se bat pour restituer la vérité même au détriment de sa famille.
 
Pendant plus de la moitié du livre, nous naviguons entre l’histoire de Sarah et celle de Julia avec une alternance entre les époques à chaque chapitre jusqu’à ce que les 2 histoires se rejoignent. Je trouve que cet enchainement donne une certaine dynamique à l’histoire.
     
  Pendant ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au film  « la rafle » de Rose Bosh sorti en 2010 qui relate le même épisode de 1942.  
 
L’auteure a su restituer toute l’horreur de juillet 1942 et les sentiments de chaque protagoniste de l’histoire avec une écriture fluide, des phrases courtes, une mise en place de l’histoire très rapide et sans trop de descriptions qui auraient pu être rébarbatives.
 
J’ai aimé ce livre mais j’émets un bémol : j’ai moins accroché après que les 2 histoires se sont rejoint, peut être car la fin paraît évidente et que la quête de Julia est un peu embarrassante et déplacée.
 
Comme je le disais au début le livre a inspiré un film, sorti en salle en octobre 2010 : « Elle s’appelait Sarah » de Gilles Paquet-Bremer avec Kristin Scott Thomas.
 
En conclusion, j’ai bien aimé cette lecture et je la conseille à tous ceux qui sont intéressés par cette période de l’histoire. Le lire, c’est aussi, je trouve, une manière différente d’honorer le devoir de mémoire afin de se souvenir et ne jamais oublier.

 Amazon
Repost 0
Published by les-lectures-de-didinebzh29 - dans Drame - Mes avis
commenter cet article

Présentation

  • : Les lectures de Didinebzh29
  • Les lectures de Didinebzh29
  • : j'ai une passion, la lecture. j'ai donc envie de la partager avec vous par l'intermédiaire de ce blog
  • Contact

Vous voulez acheter sur Amazon.fr, passer par la boutique du blog

Lecture en cours

           

Archives

Lectures communes

* 01 mars 2013 : L.C. Club de lecture Nouvelle Tendances Janvier 2013 : Délirium de L. Olivier

* 10 mars 2013 : L.C. organisée parBouchon des bois sur Livraddict : La Sélection de Kiera Cass

* 17 mars 2013 : L.C. organisée par Flo Tousleslivres sur Livraddict: Enfants de la paranoïa de Trevor Shane

* 15 avril 2013 : L.C. organisée par Petite Fleur sur Livraddict : Le chuchoteur de Donato Carrisi

Mes Challenges

bitlitbadgejeunessebadge






   
sciencefictionbadgethrillerbadge
 





  
critiquesABC2013 bandedessinebadge

Vous pouvez me trouver

facebook  livraddict      clublecture  

Mes livres sur Babelio.com